Nos actus
 

Une équipe de rêve

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 10 juin 2015
 
Réalisateur: Mike Brett et Steve Jamison
 
Acteur: Thomas Rongen, Nicky Salapu, Liatama Amisone, Johnny "Jaiyah" Saeluah...
 
Nationalité: britannique
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
6.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.0
7/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


On découvre une culture de tolérance et des humains magnifiques. Le sport y gagne énormément!

C'est un peu faible...


La présentation de la culture samoa est si intéressante qu'on en voudrait un peu plus !


0
Posté le 11 juin 2015 par

 
Chronique
 
 

UNE EQUIPE DE REVE-120x160-New.inddAvec 31 buts encaissés, aucune équipe de foot n’avait fait pire que les Samoa Américaines. Mais avec le renfort d’un entraîneur de caractère, une solidarité magique et un cœur énorme, les guerriers des îles vont se battre pour cesser d’être « la pire équipe du monde »… Avec une humanité et un humour exemplaire, cette équipe pas comme les autres ressuscite l’essence même de l’esprit sportif. Un antidépresseur très vivement conseillé !

O

n ne peut pas dire que les récentes nouvelles aient grandi l’image du sport, réduite pour les gros titres à des affaires d’argent méritant plus l’intérêt de la justice que celle des amateurs de ballon rond. Entre la mégalo de certains et les dérapages des autres, il y a de quoi navrer le plus endurci. Mais où est-il donc passé cet esprit sportif qui change les hommes, déplace les montagnes et remplit les stades ? Peut-être bien au fin fond des îles du Pacifique Sud, là où on l’attend le moins. Les Samoa américaines sont des îles pauvres, isolées. Et dont l’équipe de foot est marquée d’une vraie malédiction : l’équipe n’a jamais gagné un seul match face aux équipes des îles voisines. Le pire est arrivé lors des éliminatoires du Mondial 2002 : ils ont encaissé 31 buts face à l’Australie. Un record qui a fait d’eux « la pire équipe de foot du monde ». L’histoire aurait pu s’arrêter à cette humiliation épique, mais c’est mal connaître les Samoans. En fait, tout se résume en une question : après une telle raclée devant la planète toute entière, vous auriez abandonné ? Déménagé et changé de nom ? Pas eux. Solidaires et philosophes, touchés mais pas abattus, ils se fixent un but simple : participer aux qualifications pour la coupe du monde 2014, et marquer enfin un but.

Le film suit les dernières semaines de leur entraînement, et met un point d’honneur à nous inviter dans leur quotidien. Nous découvrons une mentalité formidable, une culture où la notion de famille et de tolérance est essentielle. L’entraînement devient alors une véritable leçon de vie, sans prétention et avec le sourire, qui revisite en profondeur la notion de victoire et de réussite. Une expérience toute d’émotion parfaitement illustrée par le regard lucide que pose sur eux leur entraîneur. Habitué à travailler avec les plus grandes équipes professionnelles, Thomas Rongen est une grande gueule et un fort caractère séduit par ce défi qui diffère de tout ce qu’il a connu. Loin des joueurs surpayés, il découvre une culture et un mode de vie différent, des amateurs passionnés qui fonctionnent à la solidarité et au courage, cumulant plusieurs boulots en plus de leurs engagements auprès de la communauté. Conscient que cette âme est un moteur, c’est lui qui décidera de donner un poste de défenseur à Johnny Saeluah, faisant de ce « Fa’afafine » le premier joueur transgenre d’une compétition internationale de football. Un choix qui s’avérera d’ailleurs très judicieux… Si l’équipe trouve en Rongen l’homme qui les aidera à laver l’affront, Rongen y gagne plus encore. Marqué par le décès de sa fille, la découverte de cette nouvelle famille le changera tout autant. Et nous avec lui. Allergiques du ballon rond, frustrés du beau jeu, nostalgiques de l’esprit de Coubertin, simples amateurs d’humanité, ce documentaire est pour vous. L’aventure est aussi souriante que poignante et file une banane formidable !


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)