Nos actus
 

X-Men : Apocalypse

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 18 mai 2016
 
Réalisateur: Bryan Singer
 
Acteur: James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Oscar Isaac
 
Nationalité: Américain
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Le superbe casting s'enrichit de nouveaux visages qui se joignent à une montée en gamme de l'action. Spectaculaire.

C'est un peu faible...


L'action repasse devant la profondeur de traitement des personnages. Dommage.


Posté le 1 juin 2016 par

 
Chronique
 
 

xmenAffiche

D

ay of the futur Past a tellement surpris par sa réussite que l’on attendait de X-Men Apocalypse un niveau d’excellence équivalent. Exigence qui n’a pas toujours caractérisé la franchise, rappelons-le. Cette suite n’atteint peut-être pas le niveau du précédent volet, la faute à des choix de développement, quelques petits aléas de rythme. Mais rien qui justifie certaines réactions assassines. Cette Apocalypse a de l’allure, du tonus, et sait user de son magnifique casting pour nous séduire. Mais comment gérer un tel nombre de personnages,  poursuivre les arcs dramatiques sans les briser, en seulement 2 h 24 ? C’est vrai, tout n’est pas parfait. La profondeur inhabituelle des personnages cède cette fois du terrain à l’action, nettement plus développée. Et nombre de personnages prometteurs ne bénéficient pas de l’attention méritée. Le plus délicat de l’entreprise était bien sur le personnage d’Apocalypse, mutant à l’envergure divine qui entre un maquillage envahissant et des origines égyptiennes menaçait de kitsch même un comédien de la stature de Oscar Isaac. Le bougre parvient pourtant à nous convaincre, gagnant sa crédibilité en rajoutant de l’humain dans ce titan. Moins doté de la rigueur théâtrale de Day of Future Past, Apocalypse s’accommode de quelques raccourcis trop commodes,  mais cela ajoute curieusement à la couleur de l’ensemble. On y perd en profondeur ce que l’on y gagne en défoulement. L’intrigue fera grincer des dents les archivistes invétérés qui dissèquent la moindre dissonance chronologique, mais en fin de compte, Apocalypse retrouve dans sa débauche de bastons une fraîcheur revigorante. Et grâce à une jeune génération qui trouve vite sa place. Loin de Game of thrones, Sophie Turner campe une intéressante Jean Grey, l’excellent Kodi Spit McPhee rajeunit le Diablo créé par le génial Alan Cuming, et Tye Sheridan – toujours du beau monde !- campe un jeune Cyclope plaisant. En l’absence de Gambit, Wolverine s’offre une apparition tranchante bien sympathique qui contribue à boucler la boucle. Entre références savoureuses, action musclée et pointe d’humour, on en sort ragaillardi et joyeux, emballé d‘avoir dégusté le travail d’un réalisateur animé d’une vraie tendresse pour ses personnages et leur univers.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...