Nos actus
 

Youth

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 9 septembre 2015
 
Réalisateur: Paolo Sorrentino
 
Acteur: Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz, Paul Dano...
 
Nationalité: Italien
 
Genre:
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.5
8.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


raffinement de la mise en image et maitrise totale de la narration font de Youth un bonheur à part

C'est un peu faible...


Les anti-Sorrentino se déchaineront forcément devant ces images au cadrage millimétré. Tant pis pour eux !


0
Posté le 11 septembre 2015 par

 
Chronique
 
 

Youthaffiche

D

énonçant l’imposture, les détracteurs de Paolo Sorrentino disent que ce réalisateur fait toujours le même film, qu’il cache le vide sous la grandiloquence de ses images, qu’il n’est qu’un manipulateur. C’est vrai. Ses films sont comme des pièges pour notre œil épuisé par l’overdose de messages, pour nos esprits laminés par le conformisme. De fait, Youth est un formidable piège à loups. Où tout agit comme un reflet, nous renvoyant systématiquement à une autre scène, un autre message. Un remarquable miroir aux alouettes qui se déroule dans la froide immobilité d’un hôtel de luxe en Suisse. Et pourtant, porté par une BO stratégique, tout est sans cesse en mouvement. Plus on avance dans l’intimité d’une très vieille amitié, sublimée par l’humour et la classe de ses interprètes, plus on découvre que ces petits riens saisis à la volée, que toutes ces scènes d’un quotidien assoupi, sont exactement à leur place. Que rien ici n’est laissé au hasard, ciselé par son fidèle directeur photo Luca Bigazzi. Youth est agencé pour nous piéger dans cet éloge de la jeunesse par une vieillesse lucide au savoureux cynisme. Un regard sur les illusions de célébrité, les regrets et les remords et les envies qui perdurent. Tous ces clichés d’un temps qui passe, forcément. Cheminant vers une inévitable conclusion, le récit en oublie même la narration pour se consacrer à un crescendo d’émotions qui ne cesse de s’enrichir. Jusqu’à un final musical déroutant et magnifique. Harvey Keitel excelle à donner la réplique à un Michael Caine hors norme, Rachel Weisz est bouleversante, et Paul Dano l’insaisissable se régale d’un rôle à sa démesure. Avec Youth, machiavélique et hypnotique, se faire piéger par Sorrentino est un délice beaucoup trop rare.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)