Nos actus
 

Zootopie

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 17 février 2016
 
Réalisateur: Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush
 
Nationalité: Américain
 
Genre:
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.5
7.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Du Disney si pétillant, si ingénieux et esthétiquement soigné... qu'on le prendrait presque pour un Pixar.

C'est un peu faible...


C'est très vendeur d'annoncer Shakira dans la B.O.... mais sa chanson est sûrement ce qu'il y a de moins inspiré de tout le film.


Posté le 24 février 2016 par

 
Chronique
 
 

zootopiAfffiche

P

ar ses teasers comme ses affiches, ce pastiche d’un monde moderne entièrement habité d’animaux fait très envie. Le résultat est si léché, si savamment cohérent qu’on en adopte vite la logique… au point que des questions viennent forcément. Mais pourquoi pas de singes ni de serpents dans cet incroyable Zootopie ? Parce que le fil rouge se résume à une fable de La Fontaine : réunir le lapin et le renard pour les meilleures raisons. Faire que le prédateur et la proie illustrent avec un sourire en coin toute la complexité des différences quand les instincts, les clichés et les archétypes s’en mêlent. D’ailleurs, ce parti pris de privilégier une partie seulement des mammifères nous convient très vite. Les chicaneurs auront toutes les chances de se trouver piégés par l’un des atouts de ce vrai bonheur d’animation : l’immensité d’un monde magnifique que l’on regrette de ne pouvoir explorer en profondeur ! Entre le pays des glaces, celui de la jungle, et du désert, on se dit vite que les animaux que l’on ne voit pas se trouvent bien quelque part… Autant dire qu’une fois le décor planté, et que l’adorable héroïne rencontre le formidable bad boy à museau, on se laisse embarquer avec gourmandise dans un polar épatant. Une énigme à la Dashiell Marmotte où de braves habitants de Zootopie sont frappés d’un mal atroce : ils retrouvent leurs instincts depuis longtemps enfouis. De quoi faire trembler ces animaux si civilisés ! Et prendre un sens lumineux aux yeux des publics, grands et petits. Dans son écriture comme sa narration, Zootopie est malin, extrêmement malin, bourré de personnages formidables, et truffé de références absolument savoureuses. Ça n’est pas tous les jours que des fonctionnaires de cauchemar font hurler de rire les plus grands… À la mesure de ses promesses, l’animation de Zootopie est d’une très grande classe, jusque dans le moindre détail. Et use d’un humour fin, d’une subtilité à plusieurs niveaux à même de tonifier les zygomatiques de tout âge. Zootopie fait partie de ces réussites qui brouillent un peu plus la limite entre Disney et Pixar. L’influence de maître Lasseter est décidément un bonheur. Et n’oublions pas le plaisir d’un doublage français particulièrement réussi ! L’opulence de ce monde sans limite est aussi un cadeau prometteur pour Disney, qui dispose là d’un creuset inépuisable d’histoires et de personnages anthropomorphiques pour explorer absolument tous leurs terrains d’action, du pédagogique à la fiction la plus délirante. Car sitôt sortit, on brûle d’envie de retourner fouler le macadam de zootopie…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...