Nos actus
 

David Foenkinos – Je vais mieux

 
Essorage
 
 
 
 
 


 
Delicat
 
 
 
 
 


 
Intensif
 
 
 
 
 


 
Nettoyage à sec
 
 
 
 
 


 
Notre note
 
 
 
 
 
1.5/5


Note des lecteurs
Pas encore noté

 


Posté le 28 mars 2013 par

Dans le marasme actuel, il suffit parfois d’un peu de lecture pour se sentir mieux.

À ce titre, le dernier roman de David Foenkinos, Je vais mieux, ne peut que nous remettre d’aplomb. Déjà auteur à succès avec notamment La Délicatesse en 2009 et Les Souvenirs en 2011 chez Gallimard, le voilà qui s’attache maintenant à narrer la vie d’un quidam affublé d’un mal de dos chronique dont il n’arrive pas à se défaire. Au seuil de la quarantaine, tout comme l’auteur du reste, celui-ci ne va pas tarder à faire l’amer constat que son mal de dos est peut-être le signal que sa vie est en train de prendre l’eau. L’on rit beaucoup au fil de ces 330 pages, le narrateur étant un hypocondriaque invétéré, il va vivre des expériences médicales, sexuelles et surnaturelles désopilantes pour tenter d’annihiler son mal de dos à tout prix. Les chapitres donnent le ton, Foenkinos ayant eu la bonne idée de les introduire chacun par un degré de douleur notifié de 1 à 10. L’on ne peut s’empêcher de s’identifier à ce narrateur qui va également expérimenter de douloureux moments de vie professionnelle et familiale, du vécu pourrait-on dire tant la narration sonne juste. Foenkinos possède une belle écriture, jamais heurtée, faisant la part belle au style direct. Le livre se dévore au rythme de courts chapitres, chacun représentant un tableau de la vie du narrateur. En refermant la dernière page, l’on est apaisé et heureux tout comme le narrateur d’ailleurs, le titre Je vais mieux pouvant également s’adresser au lecteur qui en ressort lui aussi tonifié !

Littérature

Je vais mieux

 

 

 

David Foenkinos
Je vais mieux
Gallimard
19 € env.


Stéphane Philippon

 
Stéphane Philippon
Escaladeur de montagnes et de gammes classiques étourdissantes, mon apostolat m’a amené à parler de jeux vidéo, de musique, de cinéma, de nouvelles technologies et de carpes, mais ça va mieux depuis.