Nos actus
 

BIAS – PositiveGrid

 
BIAS
BIAS
BIAS

 
Overview
 

Editeur: PositiveGrid
 
Environnement: iOS
 
Prix: 11.99 €
 
Genre:
 
Support: ,
 
Notre avis
8.0
8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

Positives


On peut customiser son ampli de A à Z. La qualité de la modélisation est excellente

Negatives


Pas complètement intuitif même si l’aide est bien faite, pas (encore) possible d’importer les amplis des autres utilisateurs, pas d’effets inclus (hors réverbe de la pièce et Noisegate)


Posté le 17 décembre 2013 par

 
Notre chronique
 
 

Inaugurons cette chronique High Tech, toute récente sur Watching Machine, avec cette « caverne d’Ampli Baba ». Les savants fous du son pour 6 cordes et autres Matthew Bellamy en herbe vont s’en donner à cœur joie.

BIAS de PositiveGrid figure le rêve d’abondance auquel aspire tout guitariste électrique, celui de pouvoir jouer avec une multitude, voire une infinité, d’amplificateurs pour guitare. Ici, ils sont simulés au moyen de puissants algorithmes et restitués via un iPad, iPod ou iPhone – la version pour système Android n’étant malheureusement toujours pas d’actualité.

Et là vous dîtes : « Oui, c’est très bien tout ça, mais AmpliTube ou Ampkit+ font déjà très bien le job, non ? En plus, avec tous les achats intégrés (nouveaux modèles d’amplis, nouveaux effets…), j’y ai déjà laissé une somme rondelette ». Comme vous avez raison. À ce détail près que BIAS ne permet pas seulement de s’amuser avec les 36 modèles d’amplificateurs livrés par ses concepteurs, mais aussi et surtout, de modifier/concevoir un ampli de A à Z. Pour en profiter, il faudra bien sûr brancher votre guitare ou basse sur votre iDevice à l’aide d’un adaptateur de type iRig HD, Apogee Jam ou JamUp Plug HD (le produit maison).
Ensuite, le monde est à vous. Derrière les noms d’emprunt, on reconnaîtra les Marshall, Fender, Orange, Mesa Boogie, Diesel… Mais le vrai bonheur donné par BIAS est de pouvoir « tripatouiller » l’électronique simulée de ces amplis de légende pour sculpter LE son, qui tue. Pour schématiser, l’ampli émulé est découpé en cinq sections principales : préampli, étage de tonalité, ampli de puissance, transformateur et cabinet. À partir de là, le nombre de réglages à essayer est incalculable. On peut ainsi à loisir et de manière non exhaustive : changer les lampes du preamp et du power amp, modifier l’état de celles-ci pour obtenir un son plus ou moins chaud, distordu ; modifier à la main la courbe de l’équaliseur ; ajouter un tube de type « rectifer » ; changer les baffles, le transformateur… Jusqu’à modifier la grandeur de la pièce virtuelle dans laquelle on joue pour varier la réverbération naturelle obtenue, ou ajuster au centimètre près la position du micro de captation de l’ensemble (deux modèles seulement pour l’instant, un peu chiche) au sein de cet espace.
Très bien tout ça, mais quid du son ? Si cette appréciation reste forcément subjective, disons que BIAS produit la simulation la plus réaliste qu’il nous ait été donné d’entendre. Et si vous en voulez encore, vous pourrez (moyennant finances) ajouter des effets de Chorus, des pédales de distorsion, autre wah-wah, en exportant votre ampli custom vers l’autre application maison, JampUp, ou vers Garage Band d’Apple.

Informations supplémentaires et l’avis Hey joe du Margouillat

L’avis du Margouillat :  En réalité, le seul vrai risque avec ce genre d’app, c’est que votre activité musicale se résume à vous transformer en savant fou des amplis virtuels, au lieu de faire ce pour quoi vous étiez venu au départ : jouer de la guitare. Mais il faut avouer, une fois LE son trouvé, quel pied !

Site

 


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.