Nos actus
 

Dungeons 2

 
Dungeons 2
Dungeons 2
Dungeons 2

 
Fiche technique
 

Editeur: Kalypso Media
 
Développeur: Realmforge Studios
 
Millésime: Mai 2015
 
Type:
 
Support:
 
Graphisme
7.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Jouabilité
6.0


 
Notre note
7.0
7/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

On a kiffé


L'humour du narrateur, le passage à la surface pour mélanger création de donjons et jeu de stratégie

C'est la loose


Les longueurs, même si elles sont utiles pour gérer les deux cartes (voire plus) de chaque niveau. Interface un peu lourde


0
Posté le 28 mai 2015 par

 
Notre chronique
 
 

Lassé des incessantes mises à jour de War for the overlord, je me suis fait dévot du Mal Absolu et repars six pieds sous terre, voire un peu plus, creuser des donjons à n’en plus finir pour étriper du chevalier blanc.

C

’est difficile à croire, mais Dungeons 2 est la suite du premier, sobrement appelé Dungeons. Soyons fous, disons qu’il en est en quelque sorte la suite. Realmforge Studios repart à l’attaque et casse les codes du facétieux Dungeon Keeper, non pour manquer de respect à l’un des plus beaux joyeux de Peter Molyneux, mais pour étendre l’expérience du joueur vers d’autres horizons. Nous leur en savons gré. Le succès du précédent fut pour le moins discret, sans doute à cause d’un gameplay mal équilibré. Toutefois, il se dégageait du titre une bonne foi évidente dans la volonté d’amuser son public, d’amener des idées et du sang neuf. Le développeur garde cet enthousiasme pour la suite et nous emporte carrément en terre inconnue ; la surface. La jouabilité devient bicéphale. Un œil figé sur le monde du dessous pour observer l’accumulation des ressources, le succès des recherches technologique et l’expansion de votre home sweet home, l’autre rivé sur le monde du dessus et la progression d’une armée restreinte pour suivre un ordre de mission.

Mais avec vous déjà essayé de river chacun de vos yeux à deux endroits différents ? C’est là où le bât blesse. Pour ne pas devenir fou à perpétuellement surveiller deux cartes menacées par l’ennemi, Realmforge a ajouté quelques longueurs. Ainsi, les ressources en sous-sol sont rares, surtout lorsqu’on constate que tout à un prix, du moindre petit troll à la création de salles et de son mobilier.  Le vilain méchant n’a pas de bas de laine (ça lui sied très mal) et les économies sont longues à engranger. Hors de question de se la jouer à la Warcraft, pendant ce temps, en surface, ça rendrait les parties bien trop compliquées. On y va à pas feutrés lorsqu’on est sûr d’avoir un bataillon suffisamment puissant. Dungeons 2 souffre donc de quelques temps morts et d’une interface manquant un peu de cohérence. Mais on pardonne ses erreurs grâce à l’un des plus gros atouts du jeu ; son humour. Le flot de gags, de clins d’œil et de morale miteuse débitée par le narrateur dynamise la campagne solo au point de passer outre les défauts rien que pour découvrir les missions absurdes et les commentaires qui ne le sont pas moins.
Dungeons 2 va donc à la rencontre d’un public restreint, perdu dans le flux de sorties et du mastodonte Witcher 3 débarqué, depuis, sur tous les supports next gen. Mais hors de question de le jeter aux Trolls. Toutes ses références au jeu vidéo, au cinéma et à la littérature ainsi que son humour burlesque avec ses résonnances so british ont fini par toucher notre petit cœur de gamer.


Cyril Trigoust

 
Cyril Trigoust
Rédacteur en chef de Rock You, Pur Ciné (etc.), on me voit aujourd'hui dans Jeux Vidéo Magazine ou quelques pages de musiques et de nouvelles technologies. Chaque seconde encore disponible est consacrée à la direction de ce site et la motivation de l'équipe !


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)