Nos actus
 

Fire Emblem : Awakening

 
Fire Emblem
Fire Emblem
Fire Emblem

 
Fiche technique
 

Editeur: Nintendo
 
Développeur: Intelligent Systems
 
Multijoueurs: 2 joueurs en local
 
Millésime: 2013
 
Type: ,
 
Support:
 
Graphisme
9.5


 
Scénario
9.0


 
Musique
8.5


 
Jouabilité
9.5


 
Notre note
9.1
9.1/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

On a kiffé


Graphismes, stratégie, scènes vidéo, durée de vie, niveau de difficulté raisonnable.

C'est la loose


Quelques heures pénibles passées dans l'inventaire.


Posté le 9 mai 2013 par

 
Notre chronique
 
 

Le jeu de stratégie au tour par tour qui a lui seul valait l’achat d’une Gameboy revient sur 3DS. Le constat est à peu près identique. Foncez !

Passons outre l’historique d’un jeu ô combien célèbre au Japon et dont nous avons écopé de quelques savoureuses miettes, pour nous concentrer sur ce premier épisode 3DS. Le studio Intelligent System à qui l’on doit l’excellente franchise Advance Wars, tente le pari de donner un nouveau souffle à leur série en la rendant accessible à tous. Pour plaire à un large public il faut avant tout du bling-bling. Ça passe ici par quelques scènes vidéo sublimes et une esthétique irréprochable des champs de bataille et des différents belligérants. Ce vernis se permet même le luxe de bien intégrer la 3D stéréoscopique avec quelques effets de profondeur du plus bel effet. On imaginait à peine que la petite portable de Nintendo en avait autant dans le ventre.

Une fois la claque graphique digérée, il est temps de jauger toute la dimension stratégique du jeu. Comme dans les opus précédents, l’un des points forts vient de l’attachement que l’on porte à ses personnages et de la façon dont on les fait progresser tout au long de l’histoire. À ce sujet une bonne nouvelle : plus aucun héros mort sur le champ de bataille ne disparaitra de votre armée en fin de mission. On peut ainsi de temps à autre envoyer quelques personnages au casse-pipe sachant que la seconde ligne tiendra le temps qu’il faut pour crier victoire. Ne croyez pas que le jeu devient trop facile pour autant, l’ennemi est souvent en surnombre et il faudra des trésors d’ingéniosité pour ne pas se laisser déborder ou perdre votre avatar et ainsi se prendre un game over en 3D dans la face. Que les perpétuels ronchons se rassurent, ce degré de difficulté de type « plus fort que la mort » est entièrement paramétrable, il est ainsi possible de pleurer ses héros perdus sur le champ de bataille. Désespérément pacifistes, nous avons d’emblée choisi de laisser vivre tous nos amis.

Comme tout bon RPG qui se respecte, le lien entre les personnages est un élément clé de la narration. Libre à vous des les rapprocher grâce à quelques phases de dialogues accessibles dans les menus. Cette amitié naissante entre nos différents héros se traduit ensuite sur le champ de bataille par un soutien des uns et des autres lors de phases difficiles ou pour exceller dans l’art de dépecer son prochain. Au regard de la difficulté du jeu, ce qui est présenté comme optionnel relève vite de l’indispensable.

Certes, Fire Emblem manque peut-être de quelques cartes en dehors d’un scénario balisé pour augmenter paisiblement ses statistiques entre deux stations de métro. Surtout que certains défis sont vraiment corsés. Vous pourrez toujours mettre la main à la poche pour obtenir quelques DLC, mais pour cet article nous n’avons testé que la matière dont on dispose après un achat en magazine.
Un quasi sans faute, donc, est une excellente surprise. Une seule question reste toutefois en suspend : mais où diable sont passés les pieds des personnages ?

Informations supplémentaires et l’avis stratégique du Margouillat

Fire EmblemL’avis du Margouillat : Un jeu fidèle à l’esprit des précédents bien que repensé pour un public plus large. Tous les ingrédients d’un titre bien équilibré son présents. Chapeau !

Site :  Fire Emblem

 


Cyril Trigoust

 
Cyril Trigoust
Rédacteur en chef de Rock You, Pur Ciné (etc.), on me voit aujourd'hui dans Jeux Vidéo Magazine ou quelques pages de musiques et de nouvelles technologies. Chaque seconde encore disponible est consacrée à la direction de ce site et la motivation de l'équipe !