Nos actus
 

Luigi’s Mansion 2

 
luigis-mansion-2
luigis-mansion-2
luigis-mansion-2

 
Fiche technique
 

Editeur: Nintendo
 
Développeur: Next Level Games
 
Multijoueurs: 1 à 4
 
Millésime: 2013
 
Type:
 
Support:
 
Graphisme
9.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
9.0


 
Jouabilité
8.5


 
Notre note
8.4
8.4/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

On a kiffé


Luigi en tant que héros principal, l’humour bon enfant et les innovations de gameplay, notamment l’usage intelligent de l’accéléromètre de la 3DS.

C'est la loose


Un scénario décousu par le découpage en mission des niveaux et une perspective pas toujours très lisible, même quand l’effet 3D est activé.


0
Posté le 6 mai 2013 par

 
Notre chronique
 
 

« Avant, sans Mario, je n’étais presque rien. Mais ça, c’était avant ! » Voilà le slogan que pourrait scander Luigi, grand dadais peureux, mais obliger d’aspirer les fantômes tel un Ghostbuster dans ce jeu fort sympathique.

Jeu proposé au lancement de la Gamecube, Luigi’s Mansion était une vraie belle surprise. Rencontre improbable entre Mister Bean (pour l’humour), Resident Evil (pour la grande demeure emplie de créatures aussi mortes que vivantes), Ghostbusters (pour le piège à fantômes dorsal) et Super Mario World (pour les références et la cosmologie), ce premier titre mettant en scène le frère du plus célèbre des plombiers était divertissant, frais et sans aucune prétention. Le second volet, sous-titré aux États-Unis « Dark Moon » pour des questions scénaristiques, reprend le même principe, dans les grandes lignes, et nous replonge dans des labyrinthes où notre laissé-pour-compte préféré doit jouer de l’aspirateur pour sauver la Vallée des ombres.

Et ce n’est évidemment pas de gaité de cœur que Luigi s’aventure dans les cinq niveaux qui composent le jeu, lesquels sont découpés en missions. Il marche à petits pas, trébuche sur des tapis, sursaute quand une armoire se ferme et ouvre les portes si doucement que le joueur finit par se demander si Luigi est de taille pour cette mission. Et que dire quand un boss se profile ! Tétanisé, Luigi s’en évanouirait presque. Tous ces détails démontrent une mise en scène travaillée, peaufinée. Une précision que le joueur retrouve également dans le design des fantômes, dans la géométrie évolutive des niveaux en fonction de l’avancement dans les missions, et dans un gameplay qui tire parti des spécificités technologiques de la 3DS. C’est le cas notamment de l’usage de l’accéléromètre pour lever ou baisser le manche de l’aspirateur, pour regarder par les fenêtres ou éviter de tomber quand Luigi est en équilibre sur une poutre. Il faut bouger la console portable, autant que s’il s’agit d’une Wiimote.

Tous ces détails démontrent une mise en scène travaillée, peaufinée.

Vous pensiez que la 3D constituait le véritable changement de ce Luigi 2, vis-à-vis du premier volet ? Eh bien non. Car l’usage de la perspective, très facultative, n’est pas si éclatant. Il n’est pas rare de faire un faux pas en pensant être devant un obstacle et en se trompant lourdement. Un défaut inhérent à la technologie 3D sans lunettes, où il faut garder à l’esprit, même durant les combats les plus acharnés, de toujours garder ses mains à la même distance des yeux sous peine de ne plus percevoir la profondeur.

Second petit défaut : puisque le jeu est découpé en mission et en niveau, le scénario est totalement décousu. Contrairement au premier Luigi’s Mansion où l’aventure primait sur l’action et où l’histoire était écrite comme une pièce de théâtre (unité de temps, de lieu et d’action), Dark Moon fait la part belle à l’habileté et à la chasse. Le bilan de mission, avec sa note sous forme d’étoiles, est une preuve flagrante. Le mode multi où le scoring et la performance font loi en est une autre. De fait, le jeu perd en intensité et en immersion.

Luigi’s Mansion 2 est un bon jeu. Pas exactement comme nous aurions pu l’espérer. Peut-être le souvenir du premier volet, sublimé par l’éclatante surprise, ternit-il la sensation de ce second jeu. Toujours est-il que l’humour, l’inventivité et le plaisir de retrouver Luigi contrebalancent largement ce sentiment en demi-teinte.

Informations supplémentaires et l’avis flippé du Margouillat

luigis_mansionL’avis du Margouillat : Ce n’est pas qu’un petit plaisir sadique que de vouloir incarner ce pauvre Luigi, laisser pour compte et faire-valoir en puissance de son frère. Son charisme bon enfant, son attitude et ses mimiques valent vraiment la peine de se jeter dans cette chasse aux fantômes.

Site : Luigi’s Mansion 2


Sam Azzemou

 
Sam Azzemou
Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies et les jeux vidéo, j'ai dirigé le magazine officiel Xbox 360 et la rubrique nomade de Micro Actuel. Rôliste patenté, quand je ne teste pas des RPG, je m'amuse à en développer !


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)