Nos actus
 

Ni no Kuni : La vengeance de la sorcière céleste

 
ni no kuni
ni no kuni
ni no kuni

 
Fiche technique
 

Editeur: Namco Bandai
 
Développeur: level 5 / Studio Ghibli
 
Multijoueurs: Non
 
Millésime: 2013
 
Type:
 
Support:
 
Graphisme
9.0


 
Scénario
9.0


 
Musique
9.0


 
Jouabilité
9.0


 
Notre note
9.0
9/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

On a kiffé


Les cinématiques d’animation du Studio Ghibli, la richesse incroyable du background, la durée de vie gargantuesque, la sublime réalisation

C'est la loose


Le côté « Pokemon »peut-être un peu inutile, les voix anglaises assez nulles par rapport au doublage original


Posté le 27 juin 2013 par

 
Notre chronique
 
 

Ni no Kuni est le fruit d’une sublime rencontre. Celle du monde de l’animation et du jeu vidéo. Celle de deux studios extrêmement talentueux qui ont mis un bout de leur cœur d’enfant dans ce conte interactif.

Dans une vie de joueurs, le cœur palpite à 100 à l’heure. La passion que provoquent certains jeux dépasse souvent une certaine raison. Une belle histoire. Une mécanique infaillible. Une réalisation majestueuse. Et Ni no Kuni fait partie de ces jeux qualifiés d’œuvre d’art. D’abord parce que l’univers qu’il propose est d’une richesse infinie. Le scénario est assez long et offre non seulement des quêtes annexes, mais également un livre entier à lire pour s’imprégner de chaque petit détail. Ensuite parce que l’écriture touche l’âme d’enfant qui sommeille en nous. Elle pleure avec le petit Oliver, le héros du jeu. Elle rit avec lui. Elle exulte avec lui. Et elle en ressort grandie. Enfin parce que techniquement, le jeu est d’une grande finesse. Les graphismes, le gameplay, la bande originale (composée par Joe Hisaishi, l’un des compositeurs du studio Ghibli, et jouée par l’orchestre philharmonique de Tokyo) : tout est millimétré. Peut-être le doublage anglais gâche légèrement l’immersion, mais heureusement les voix japonaises sont proposées.

Le résultat est certainement sublimé  par la rencontre de deux studios : Ghibli et Level 5. Inutile de présenter le premier qui apporte son écriture atypique dans l’animation japonaise, sa patte graphique si particulière, tout en rondeur et en pastel. Dans Ni no Kuni se trouve une bonne partie des thématiques, d’éléments graphiques et de références des films d’animation de Miyazaki et de Takahata : Le château dans le ciel, Mon voisin Totoro, Kiki la petite sorcière, Le Voyage de Chihiro, Pompoko, Porco Rosso ou encore Le tombeau des lucioles. Level 5, spécialiste des RPG, est très bien connu des joueurs : Dragon Quest VIII et IX, Dark Cloud et Dark Chronicles, Inazuma Eleven, Professeur Layton. L’influence de tous ces titres se retrouve aussi dans Ni no Kuni. Le côté « pokemon » d’Inazuma Eleven. Le côté « steampunk » de Profeseur Layton. Les combats en temps réel de Dark Chronicles. L’esthétisme des Dragon Quest. Nous sentons aussi une influence de l’éditeur Namco Bandai. Car Ni no Kuni se rapproche aussi dans son scénario onirique, dans sa mélancolie et sa fougue enfantine d’un autre jeu de son catalogue : le merveilleux Eternal Sonata, développé par Tri Crecendo. En clair, Ni no Kuni est une recette d’alchimie.

Vous conseiller de jouer à ce jeu serait un euphémisme. Il est impossible de rester insensible à ce jeu. Et à l’heure où nous parlons déjà des prochaines consoles de jeu, la PS3 prouve qu’il était peut-être inutile d’en apporter plus pour ressentir des émotions aussi fortes.

Informations supplémentaires et l’avis Pompoko du Margouillat

ni no kuni

L’avis du Margouillat : Impossible de rester insensible à l’histoire d’Oliver, parti sauver un monde inconnu pour revoir sa maman disparue. Alors que tous les clichés les plus banals de l’animation japonaise étaient réunis, Ghibli et Level 5 ont su déjouer le piège de la facilité pour offrir à Ni no Kuni le statut de jeu de rôle totalement indispensable.

Site : http://www.ninokunigame.eu/fr.html

 

 

 

 

 


Sam Azzemou

 
Sam Azzemou
Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies et les jeux vidéo, j'ai dirigé le magazine officiel Xbox 360 et la rubrique nomade de Micro Actuel. Rôliste patenté, quand je ne teste pas des RPG, je m'amuse à en développer !