Nos actus
 

One Piece : Romance Dawn

 
one-piece
one-piece
one-piece

 
Fiche technique
 

Editeur: Bandai Namco
 
Développeur: Three Rings
 
Multijoueurs: non
 
Millésime: 2014
 
Type:
 
Support:
 
Graphisme
4.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
5.0


 
Jouabilité
5.0


 
Notre note
5.3
5.3/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

On a kiffé


Un résumé des 12 premières années du manga, un shonen frais, dynamique et très sympa, l’oeuvre originale parfaitement respectée

C'est la loose


Des donjons sans véritable saveur, des passages du scénario trop survolés, une mise en scène qui manque clairement de panache, le thème de l’animé absent


0
Posté le 17 septembre 2014 par

 
Notre chronique
 
 

Chaque génération a son grand «shonen». Les trentenaires ont connu Dragon Ball. Les adolescents ne jurent aujourd’hui que par One Piece. Celui-ci a fait l’objet d’une nouvelle adaptation sur Nintendo 3DS. Et une fois n’est pas coutume, il ne s’agit pas d’un coup de baston.

Le «shonen», série grand public de mangas japonais pour les garçons, est un genre simple à mettre en oeuvre, mais difficile à maîtriser. Il suffit d’un héros charismatique, volontaire, extraverti et débordant d’énergie. L’antithèse du jeune adolescent caricatural nippon. Ce héros, pas très fort au départ, va traverser des épreuves, se faire des amis et révéler un courage immense pour se dépasser et évoluer, grandir et s’affirmer. Plus qu’une métaphore de la vie et du passage à l’age adulte, le shonen est d’abord une allégorie du dépassement de soi, de la volonté et du sens du devoir (envers la justice, sa famille ou ses amis). «Gambarimasu» ! crient les Japonais pour s’encourager. Voilà une expression qui résume bien l’esprit du shonen.
Parmi les représentants les plus connus se trouvent Saint Seiya, Dragon Ball, Dragon Quest, et plus récemment Shaman King, Yu Gi Oh, Bleach, Hunter x Hunter, Naruto ou encore One Piece. One Piece dont la longévité atteint des records sans précédents. Lancée en 1997 au Japon par Eiichiro Oda, la série connait 73 volumes papier, 649 épisodes diffusés à la télévision, 12 films et plusieurs épisodes spéciaux. One Piece a été adapté 36 fois en jeu vidéo, dont le plus souvent en jeu de combat. Mais comme avec Dragon Ball ou Saint Seiya, difficile de capturer l’essence d’un scénario dans un ersatz de Street Fighter. D’où la pertinence d’un RPG.

Sans refaire un résumé de l’histoire de Luffy, jeune garçon téméraire dont l’objectif est de devenir le seigneur des pirates, Romance Dawn reprend les 60 premiers volumes du shonen. Pour les amateurs, il s’agit de tous les arcs jusqu’ à la grande bataille de Marineford. Suivant presque scrupuleusement le scénario originel et ponctué durant les moments clés (comme le sabordage du Vogue Merry) d’extraits en VOST du dessin animé, Romance Dawn offre la possibilité d’incarner Luffy et ses compagnons dans un RPG assez ennuyeux où les donjons succèdent aux donjons à un rythme assez lent. Car, avouons-le : la vraie richesse de ce jeu est l’univers sur lequel il s’appuie, pas sur ses qualités techniques ou ludiques, qui sont plutôt pauvres (même si l’idée d’enchaîner quelques Gomu Gomu no Pistol n’est pas déplaisante).
Portage bête et méchant du jeu sorti sur PSP (l’écran stéréoscopique de la 3DS, ainsi que l’écran tactile ne servent strictement à rien), Romance Dawn peut être considéré comme une production opportuniste, commandée par Namco Bandai pour profiter d’une licence chère payée. Amusant à tester, ennuyeux à finir, Romance Dawn n’a que pour lui un scénario qu’il arrive parfois à gâcher en survolant une partie de l’histoire juste après l’arrivée de l’équipage de Luffy sur Grandline. Il aurait certainement mieux valu étudier la possibilité de travailler avec Eichiiro Oda pour créer un scénario inédit et adapté au support vidéoludique. Mais ici aussi, c’était les soldes.

Informations supplémentaires et l’avis en plusieurs pièces du Margouillat

one-pieceL’avis du Margouillat : Si les bonnes adaptations en animé des jeux vidéos sont rares, le contraire l’est tout autant. Car la narration d’un dessin animé n’est évidemment pas la même que celle d’un jeu. Ce qui explique pourquoi les éditeurs prennent jamais le risque de créer un RPG à partir d’une licence de shonen, tant les déceptions sont nombreuses. Et ce Romance Dawn ne relève évidemment pas le niveau, malgré une bonne volonté apparente de plaire aux fans.

Site


Sam Azzemou

 
Sam Azzemou
Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies et les jeux vidéo, j'ai dirigé le magazine officiel Xbox 360 et la rubrique nomade de Micro Actuel. Rôliste patenté, quand je ne teste pas des RPG, je m'amuse à en développer !


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)