Nos actus
 

The Banner Saga

 
The-Banner-Saga
The-Banner-Saga
The-Banner-Saga

 
Fiche technique
 

Editeur: Kickstarter
 
Développeur: Stoic Studio
 
Multijoueurs: Non
 
Millésime: Janvier 2014
 
Type:
 
Support:
 
Graphisme
8.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Jouabilité
6.5


 
Notre note
7.6
7.6/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

On a kiffé


Un univers graphique bien à lui et enchanteur. La narration et les dialogues bien vus.

C'est la loose


Certains angles de vue pendant les combats manquent de clarté. Seulement en anglais et pas du plus facile


Posté le 28 février 2014 par

 
Notre chronique
 
 

Des Vikings, des géants, des combats, on se dit tout de suite que The Banner Saga va être un jeu d’une grande subtilité… avec du sang sur les murs. Alors certes, il y a effusion d’hémoglobine, mais le jeu peut se targuer d’une certaine finesse.

Lever des fonds au terme d’une campagne kickstarter pour développer un jeu en 2D et au tour par tour, franchement il fallait oser. Même quand on est anciens de Bioware. La 2D d’abord, car la 3D n’est pas une obligation et parce que l’esthétisme peut même y gagner. Et ici, dans ces contrées nordiques trop grandes pour les hommes, dans ces décors où la nature semble comme aux premiers matins du monde gorgée d’une force irrésistible, l’excellence artistique saute aux yeux. Le trait est fin, délié, précis, c’est magnifique. Ensuite, lorsqu’on parle de stratégie, avouons qu’on n’a pas fait mieux que tour par tour pour assurer un peu de profondeur tactique. Pour en revenir à nos Vikings, disons pour camper le décor qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de ce Danemark virtuel. Premier indice confirmant cette ambiance de veille de fin du monde, le soleil dans le ciel a arrêté sa course. À partir de cette tension de départ The Banner Saga déroule un scénario touffu qui évite les clichés, héros brutes épaisses (certains en sont quand même !) et personnages féminins faire-valoir. Dans cette histoire assez linéaire même si les réponses situationnelles données par le joueur sont censées l’influencer, les hommes se sont alliés aux géants pour couper la route à la race des Dredges, des engeances maléfiques et mécaniques qui terrorisent la région. Car oui, c’est la première surprise, les Vikings peuvent aussi avoir peur et fuient leurs villages pour mieux organiser la lutte.

Beau, immersif, stylé, The Banner Saga fait bonne impression à ce détail près que tout cela se passe, se dit et se décide en anglais dans le texte et parfois sans sous-titres. Pire, comme la langue utilisée ici est assez soutenue, il sera préférable pour beaucoup d’entre nous de garder son dico à portée de main. Quant à l’intérêt tactique de ce drame qui mêle des éléments du jeu de rôle et des combats dans un esprit wargame, où sans rentrer dans les détails tout se calcule, il est indéniable. Avec les points de volonté qui aide à finaliser un coup ou un déplacement sinon hors de portée, avec la réputation de ses guerriers, avec chacun son style martial qui grandit à chaque adversaire vaincu, il y a de quoi s’amuser. Accoucher de ces destins dans le tumulte de l’acier est passionnant. Alors même si la vue isométrique offerte sur le damier qui sert de terrain de jeu est parfois un peu confus eet le maniement des personnages pas complètement ergonomique, ce voyage vaut le détour.

Site


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.