Nos actus
 

Les 5 Saisons

 
nemanja radulovic
nemanja radulovic
nemanja radulovic

 
Fiche Technique
 

Millésime: Novembre 2011
 
Musicien: Nemanja Radulovic, Les Trilles du Diable
 
Editeur: Decca
 
Style:
 
Production
9.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
9.0
9/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

Bien vu


La maîtrise parfaite de l'instrument pour une oeuvre résolument moderne

Peut mieux faire


Les "classiques conformistes" risque d'être déstabilisés


0
Posté le 8 janvier 2013 par

 
Notre avis
 
 

S’attaquer de nos jours à un énième enregistrement des Quatre Saisons de Vivaldi impose une vision novatrice de l’œuvre déjà enregistrée des centaines de fois sur instruments d’époque et contemporains. On ne compte plus les chefs et formations orchestrales ayant gravé devant l’éternité leur vision des Saisons.

N

igel Kennedy, Gidon Kremer, Fabio Biondi, Sigiswald Kuijken, Il Giardino Armonico, pour ne citer qu’eux, ont chacun imprimé un style propre, prouvant que cette œuvre peut se révéler de bien des manières. Le violoniste virtuose Nemanja Radulovic, du haut de ses 26 ans, n’a pas à rougir face à ses illustres prédécesseurs ! Ses quatre saisons à lui sont celles de son pays natal, la Serbie. Il se réfère à ses souvenirs d’enfance afin de créer une interprétation « jeune, avec de nouvelles sonorités », ajoutant qu’il faut entrer dans les Saisons « avec le cœur et les émotions, il faut essayer de revenir à l’enfance ». Résultat, douze mouvements très personnels qui s’apprécient au calme, ou, mieux, au casque. L’enregistrement exceptionnel permet en effet de faire émerger un instrument au moment où l’on y attend le moins –ici les sonorités du clavecin, là celles de la basse continue – tandis que l’ensemble Double Sens manie à la perfection toute la palette de couleurs offerte par cette œuvre concertante : passages enflammés (fuoco !), ralentis (ritardando), enjoués (giocoso) ou bien encore rapides (presto). Bref, il s’agit bien là d’une vision très personnelle qui pourra même en dérouter certains à la première écoute. Quoi qu’il en soit, Nemanja Radulovic assure une parfaite maîtrise de son instrument qu’il parvient presque à faire pleurer dans l’Adagio de l’Eté, tandis que dans le Presto de cette même saison, celui-ci semble animé d’une vie propre.

Il s’agit bien là d’une vision très personnelle qui pourra même en dérouter certains à la première écoute

Si cet album s’intitule les 5 Saisons, ce n’est pas par pure visée marketing mais aussi pour introduire Spring in Japan 2011, une œuvre créée par Aleksandar Sedlar et interprétée ici par Nemanja Radulovic accompagné de l’ensemble Les Trilles du Diable. Le compositeur a voulu rendre hommage aux victimes du Tsunami de mars dernier au Japon. Cette œuvre sombre par certains côtés et aux accents japonisants, tend à montrer que la Terre doit désormais compter avec une cinquième saison engendrée par le réchauffement climatique impliquant désastres à répétition. Ici, le violon évoque tour à tour la plénitude de la campagne japonaise, les sirènes d’alerte, le silence après le passage de la vague. Une œuvre prenante enregistrée ici pour la première fois.


Stéphane Philippon

 
Stéphane Philippon
Escaladeur de montagnes et de gammes classiques étourdissantes, mon apostolat m’a amené à parler de jeux vidéo, de musique, de cinéma, de nouvelles technologies et de carpes, mais ça va mieux depuis.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)