Nos actus
 

Massenet : Méditation par Nathalie Manfrino

 
Nathalie Manfrino
Nathalie Manfrino
Nathalie Manfrino

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2012
 
Musicien: Nathalie Manfrino, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo,
 
Editeur: Decca
 
Style:
 
Production
8.0


 
Emotion
8.5


 
Notre note
8.3
8.3/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

Bien vu


Un bel hommage à la sensibilité du compositeur


0
Posté le 29 janvier 2013 par

 
Notre avis
 
 

Jules Massenet, dont on fête cette année le centenaire de la mort, n’aurait pas désavoué la jeune soprano Nathalie Manfrino, spécialiste de musique française, peut-être lui aurait-il même composé un air à la gloire de sa personne et de sa voix.

E

lle lui rend un superbe hommage à travers son deuxième album, entièrement consacré à ce compositeur particulièrement prolixe en matière de musique vocale et théâtrale. Saluons le choix éclectique d’airs extraits d’une dizaine d’opéras, contes lyriques ou opéras-comiques, les plus connus étant Manon, Sapho et Thaïs. Un judicieux éventail qui permettra de (re)découvrir une musique exigeante composée par un maître de la voix humaine, du théâtre et de l’instrumentation. Nathalie Manfrino fait revivre intelligemment et avec une grande rigueur des airs très connus comme l’Ave Maria extrait de la Méditation de Thaïs, l’Elégie ou bien l’air « Demain, je partirai… » de Sapho précédé de la sombre Introduction de l’acte V. Elle nous fait également découvrir des extraits moins courus mais tout aussi sublimes tel cet air de Esclarmonde « Regarde-les ces yeux… » ou bien encore celui du Roi de Lahore « Oui, l’heure est venue… De ma douleur que la mort me délivre… ». Toute sa palette vocale s’exprime ici à travers ce CD composé de 18 plages musicales dont il ressort la parfaite maîtrise d’une voix au registre changeant qui peut se résumer à un simple filet limpide aux éclats de cristal ou bien prendre de l’ampleur jusqu’à un vibrato rugissant. Nathalie Manfrino sait à merveille moduler sa voix afin de faire ressortir toute la sensibilité du compositeur, que ce soit dans le registre drolatique et frivole comme cet extrait de l’acte I de Manon « Ah ! Mon cousin ! Je suis encore tout étourdie… » ou bien, plus profondément, dans l’air de Esclarmonde aux accents wagnériens, « Roland ! Roland ! Comme ce nom me trouble… ».

Nathalie Manfrino MassenetElle est accompagnée ici par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Michel Plasson, avec qui elle avait déjà collaboré dans Manon en 2007 et dont elle n’hésite pas à dire qu’ « il est le garant des valeurs et traditions de l’école de chant française, et de l’élégance et du raffinement à la Massenet ». Le maître enveloppe Nathalie Manfrino de chaudes couleurs instrumentales servant sa voix de fort belle manière, d’autant que la prise de son contribue à mettre celle-ci en avant-plan et en valeur. Un CD incontournable pour qui souhaite écouter l’un des compositeurs phare de la fin du XIXème siècle qui forma de futurs maîtres dont Florent Schmitt, Reynaldo Hahn et Charles Koechlin.


Stéphane Philippon

 
Stéphane Philippon
Escaladeur de montagnes et de gammes classiques étourdissantes, mon apostolat m’a amené à parler de jeux vidéo, de musique, de cinéma, de nouvelles technologies et de carpes, mais ça va mieux depuis.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)