Nos actus
 

Opeth – Héritage

 
Opeth
Opeth
Opeth

 
Fiche Technique
 

Millésime: Novembre 2011
 
Musicien: Michael Åkerfeldt, Fredrik Åkesson, Martin Axenrot, Martin Mendez, Joakim Svalberg
 
Editeur: Roadrunner
 
Style:
 
Production
9.5


 
Emotion
6.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

Bien vu


On apprécie les subtils arrangements de la version DVD 5.1 Surround Mix, à condition d'avoir le matériel adéquate.

Peut mieux faire


Non seulement il n’y a plus la moindre évocation death, mais on baigne même dans des ambiances feutrées progressives. Ça risque d'en surprendre quelques-uns.


0
Posté le 9 janvier 2013 par

 
Notre avis
 
 

Le groupe, ou plutôt son leader incontesté Michael Åkerfeldt l’avait annoncé, ce dixième opus d’Opeth (désolé, ça sonne un rien moche) prend ses distances par rapport au metal. Il n’avait pas menti.

En plus de vingt ans, Opeth s’était forgé un solide following en faisant preuve d’une belle audace musicale. Considéré au départ comme le plus progressif des groupes de death ou le plus death des groupes progressifs s’est créé un style bien à lui en associant des humeurs que l’on pensait inconciliables. Et, sans jamais brûler les étapes, Opeth n’a cessé de progresser en proposant des albums de plus en plus ambitieux. On savait toutefois que Michael Åkerfeldt avait décidé d’abandonner les vocalises gutturales et que cela ne serait pas sans conséquences sur la musique du groupe dont il reste le compositeur quasi exclusif. Et, curieusement, on est au final beaucoup moins surpris ou dépaysé que ce à quoi on pouvait s’attendre. Le virage est nettement moins violent et clair que celui d’un Pain Of Salvation sur Road Salt One. La plupart des ambiances exposées dans Heritage ont été plus ou moins explorées précédemment.

Il n’y a pas grand chose ici que l’ami Steven Wilson n’avait pas déjà largement couvert avec Porcupine Tree

Nombre de morceaux sont dans la lignée de ceux du majestueux Watershed (“Slither”, “The Lines In My Hand”), de Ghost Reveries (“The Devil’s Orchard”) ou même de l’indispensable Backwater Park (“I Feel The Dark”)… Il n’empêche qu’en assumant cette fois parfaitement le même genre de racines musicales que celles de Steven “Porcupine Tree” Wilson (présent au mixage), Opeth propose de belles réussites dans des sonorités qui vont du folk au jazz en passant par la musique du terroir (“Nepenthe”, “Häxprocess”, “Famine”). Ce fameux héritage, ce serait donc plus ou moins celui de ces groupes qui ont été pris pour cible à la fin des années 70, Jethro TullCamelKing CrimsonGentle GiantNektar et autres Khan… Vu que les Sex Pistols ne sont plus là pour vouloir les enterrer (si possible encore vivants), Opeth n’avait donc finalement pas grand chose à perdre.

On aurait toutefois apprécié que, tant qu’à faire, il aille bien plus loin. Il n’y a pas grand chose ici que l’ami Steven Wilson n’avait pas déjà largement couvert avec Porcupine Tree, en solo ou sur ses nombreux projets. Après la nouvelle collaboration entre Åkerfeldt et Wilson, sous le nom de Storm Corrosion (un album prévu en avril), toute la question sera de savoir si Opeth se contentera par la suite de cette orientation musicale aux tons subtils ou s’il effectuera une nouvelle révolution, plus franche du collier cette fois.

Informations supplémentaires et l’avis du Margouillat

OpethL’avis du Margouillat :  Le progressif est une musique qui flatte nos oreilles. Contrairement à la vague Punk (qui n’a rien de désagréable lorsqu’elle charrie dans son écume Les Clash ou les Ramones), le prog se permet l’outrecuidance de proposer des musiciens de talents. En fait, juste des « zikos » qui savent sur quoi ils jouent. Mais à tous s’influencer, les moins audacieux nous servent les albums de leurs aînés. C’est un peu ce que l’on peut reprocher à cet Opeth nouvelle mouture.

Site : http://www.opeth.com


Jean Pierre Sabouret

 
Jean Pierre Sabouret
Journaliste, photographe, animateur TV, j'ai dirigé Best, Hard Rock Magazine, écrit pour Guitarist, Rock You, Hard & Heavy, présenté Boulv'hard sur M6 et Dr Heavy and Mister Hard sur MCM et reste un "hard'ent défenseur du rock progressif.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)