Nos actus
 

Patricia Petibon – Melancolia

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: Octobre 2011
 
Musicien: Patricia Petibon, Josep Pons, Orchestre national d’Espagne
 
Editeur: Deutsche Grammophon
 
Style:
 
Production
9.0


 
Emotion
9.5


 
Notre note
9.3
9.3/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

Bien vu


Une très belle manière de s'ouvrir à un registre vocale dont on ne parle pas suffisamment.

Peut mieux faire


Encore une merveille de CD dont on se gardera de trouver un point négatif.


0
Posté le 9 janvier 2013 par

 
Notre avis
 
 

Patricia Petibon n’est pas uniquement une soprano colorature virtuose, sa voix en or est un véritable don. Touche à tout de génie, elle est aussi à l’aise dans les airs d’opéras de Mozart que dans le répertoire baroque ou contemporain.

Pour preuve, sa récente interprétation du rôle principal de l’opéra Lulu d’Alban Berg. La voici qui aborde les côtes espagnoles avec ce nouvel enregistrement d’airs et de chansons ibériques. On y croise une dizaine de compositeurs des XIXème et XXème siècles qui ont tous contribué à mettre en lumière la canción espagnole mais aussi brésilienne. De courtes pièces, d’une à cinq minutes chaque, drôles ou mélancoliques, mais qui toutes racontent une histoire, par les mots mais aussi par la seule intonation de la voix qui se métamorphose alors en mélodie. C’est le cas de l’aria des Bachianas Brasileiras n° 5 du compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos, une pure félicité, la voix diaphane de Patricia Petibon se mêlant idéalement aux violoncelles dans la partie introductive. Changement de registre avec la tarentelle de Gerónimo Giménez extraite de La Tempranica. Patricia Petibon retranscrit ici en moins de 2 minutes avec fougue et gourmandise l’aspect populaire de la zarzuela, l’opérette espagnole. Chaque titre brosse un tableau original et fort éclairant des airs et chansons d’Espagne. Une culture qu’elle porte en elle depuis fort longtemps : « Dès mon enfance, j’ai été intriguée et fascinée par la culture espagnole, parce qu’elle est une symbiose entre l’outrance et la subtilité.

Ses Melodias de la melancolia s’articulent autour de quatre mélodies portées par la voix parfois déchirante de la soprano 

Elle exalte les émotions avec fierté et raffinement. C’est une culture qui vient de la terre, du peuple », explique Patricia Petibon avant d’ajouter qu’ « après avoir longuement réfléchi au programme de ce disque, au choix des différents morceaux, j’ai finalement adopté un fil rouge : la mélancolie, qui est un reflet de l’Espagne elle-même. » Cette mélancolie s’exprime notamment dans la dernière partie de l’enregistrement, une œuvre du compositeur Nicolas Bacri (né en 1961) créée tout spécialement pour Patricia Petibon. Ses Melodias de la melancolia s’articulent autour de quatre mélodies portées par la voix parfois déchirante de la soprano et sur des textes d’Álvaro Escobar-Molina, écrivain colombien installé en France. Saluons pour finir l’impeccable agencement de ce programme fort bien structuré, le choix des compositeurs et des œuvres sans oublier le chant traditionnel Ogundé uarerré, pure merveille provenant des racines de l’Afrique et du groupe ethnique Yoruba. Il est ici fabuleusement mis en lumière par Patricia Petibon qui est accompagnée pour l’occasion par des tambours et un piano aux accents jazzy. Un CD incontournable.

Informations supplémentaires & l’avis Indispensable du Margouillat

Patricia PetibonL’avis du Maroguillat : La voix est si pure que les larmes coulent vite sur mon museau de Margouillat. L’orchestration n’est pas en reste. Les adeptes du genre vont être en transe !

Sitehttp://www.patriciapetibon.com/

 


Stéphane Philippon

 
Stéphane Philippon
Escaladeur de montagnes et de gammes classiques étourdissantes, mon apostolat m’a amené à parler de jeux vidéo, de musique, de cinéma, de nouvelles technologies et de carpes, mais ça va mieux depuis.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)