Nos actus
 

The Dillinger Escape Plan – One of us is the killer

 
dillinger-escape-plan
dillinger-escape-plan
dillinger-escape-plan

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Musicien: Billy Rymer, Greg Puciato, Ben Weinman, Liam Wilson, James Love
 
Editeur: Party Smasher Inc
 
Style:
 
Production
8.5


 
Emotion
8.0


 
Notre note
8.3
8.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

Bien vu


Quelque part entre Calculating Infinity et Option Paralysis pour les connaisseurs. Pour les autres... ça envoie !

Peut mieux faire


Incompréhensible, inaudible, perturbant si on s'attend à un rassurant binaire.


Posté le 18 août 2013 par

 
Notre avis
 
 

Voici l’album qui a accompagné mes vacances alors que je faisais connaissance avec ma fille fraîchement débarquée sur la planète. Une berceuse pour papa, une torture pour le reste du monde (ou presque).

Il est temps d’évoquer les magnifiques Dillinger Escape Plan, DEP pour les intimes (et les laconiques), soit l’homonyme de l’acteur qui a incarné John Dillinger au cinéma*. Johnny Depp ! Incroyable, non ? Non ? Bref, passons.
Étiqueté post hardcore, on prête aussi au groupe le genre Mathcore du fait de l’énorme complexité des rythmiques. JazzCore, Prognéorock et LoungeMetHard sont aussi des styles qui collent à ravir à Dilinger Escape Plan, pour peu qu’un névrosé de la musique segmentée et de la catégorisation obligatoire et rassurante ait un jour l’idée de les inventer, histoire d’un peu plus alimenter les batailles de chapelles. Mais bref, passons…

Disons pour faire plus simple que DEP est une sorte de n’importe quoi fichtrement bien organisé, une mélodie chaotique où tous les musiciens se seraient fait greffer le même cerveau afin d’arriver à survivre sur une même portée sans sourciller. Car, Mesdames, Messieurs, non seulement DEP est incroyable à écouter en studio, mais pire encore, ils dilapident le binaire avec la même aisance sur scène. Et après ça, on trouvera encore des benêts pour venir me dire que le métal n’est qu’un amas de cris rauques sur des musiques inaudibles, comme si j’avais des leçons de musique à recevoir, moi, capable de jouer Mediterranean Sundance une main dans le dos. Mais bref, passons…

Pour avoir une vague idée de ce à quoi ressemble DEP, imaginez un Mahavishnu Orchestra métallisé (c’est une de leurs influences revendiquées), un Meshuggah surexcité, un arrière-gout de Faith No More (ils ont d’ailleurs travaillé avec Mike Patton),un métronome pris de panique, des parties chantées avec une voix de soprano (One of us is the killer, Nothing’s Funny) ensuite passée à la toile émeri et frottée aux charbons ardents ( euh… tout le reste de l’album). Saupoudré les passages hautement techniques de mélodies plus évidentes toujours bien senties, comme pour reposer l’auditeur. C’est à peine définissable, parfois drôle, souvent déroutant, tout juste compréhensible. Pourtant, il se dégage une telle homogénéité que l’oreille accroche immédiatement les tympans solides avides de distinguer dans cette masse sonore un vrai talent de composition et pas une coalition de types énervés et fashion victime, genre punk (car j’aime bien, moi aussi, dire de temps à autre que quelques-uns de mes contemporains écoutent de la daube… Mais bref, passons…).

Heureusement, l’album ne dure qu’une quarantaine de minutes. En demander plus eut été de la gourmandise avec léger risque d’indigestion. Surtout qu’il ne faudra pas plus d’un morceau à certains pour commencer à avoir la nausée. Auditeur avisé, épris des curiosités offertes par ce monde merveilleux, jette tout de même une oreille à ce One of us is the killer. Si tu n’en tires pas l’album de l’année, tu auras au moins vécu une expérience auditive inoubliable. Surtout, ne juge pas trop vite, ne colle pas les clichés que l’on accumule sur ces musiques comme je viens encore de le lire sur le net à propos du Hellfest ou, dans un autre registre, du danger que représente les jeux vidéo qui, je le rappelle, sont une partie de mon gagne-pain. MAIS BREF, PASSSONS (parce que là je suis passablement énervé tout de même).

* J’ai en d’autres temps chroniqué Public Enemies, le film sur Dillinger, à cette adresse.

Informations supplémentaires et l’avis laconique du Margouillat

dillinger-escape-planL’avis du Margouillat : Bref ! Passons sur tous les clichés et écoutons de bon cœur.

Site : http://www.dillingerescapeplan.org/


Cyril Trigoust

 
Cyril Trigoust
Rédacteur en chef de Rock You, Pur Ciné (etc.), on me voit aujourd'hui dans Jeux Vidéo Magazine ou quelques pages de musiques et de nouvelles technologies. Chaque seconde encore disponible est consacrée à la direction de ce site et la motivation de l'équipe !