Nos actus
 

Thibault Cauvin

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 25 Septembre 2015
 
Musicien: Thibault Cauvin
 
Editeur: Sony
 
Style:
 
Production
8.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
8.0
8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

Bien vu


Le choix des compositions de ce double album


Posté le 3 novembre 2015 par

 
Notre avis
 
 

Thibault CauvinThibault Cauvin est né à Bordeaux en 1984 avec une guitare 6 cordes à la main ! La passion de sa vie, développée par son père dès l’âge de 5 ans, ne le quittera plus.

A

ujourd’hui, globe-trotter infatigable, il parcourt le monde et enchante les oreilles de mélomanes attentifs en remplissant des salles aussi prestigieuses que le Carnegie Hall à New York, le théâtre des Champs Elysées ou bien le Shanghai Concert Hall. Avec sa seule guitare comme partenaire, il a su très tôt toucher le cœur du public. Et il aime ça ! A tel point qu’il a déjà donné plus de 1000 concerts dans le monde entier. Le voici qui vient de sortir chez Sony Classical un double album qui témoigne de son art maîtrisé. Au programme, des pièces pour guitare mais aussi nombre d’arrangements de toutes époques et lieux. On y croise bien sûr De Falla et sa Danse Espagnole numéro 1, une Gymnopédie de Satie, l’Aria des Variations Goldberg de Bach, le Caprichio Arabe de Francisco Tarrega, l’Allegro de la sonate en la majeur de Scarlatti, une superbe interprétation de Un Dia de Noviembre du Cubain Leo Brouwer, ainsi que deux pièces composées par lui-même, dont la première n’est autre qu’un hommage à sa mère, intitulée A l’infini pour ma mère. Et que dire de son toucher ? Vif, élégant, naturel, maîtrisé, expressif et sachant se mettre au service de chaque œuvre pour révéler leur âme. Il faut découvrir ce jeune artiste aux 13 premiers prix internationaux à travers ce double album. Personne ne peut rester insensible à sa musique, et certainement pas la jeune génération des guitaristes français qui le suivent de près !


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.