Nos actus
 

Tigran Hamasyan – Shadow Theater

 
Tigran Hamasyan
Tigran Hamasyan
Tigran Hamasyan

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Musicien: tigran hamasyan
 
Editeur: Universal Music Classics & Jazz France
 
Style:
 
Production
9.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
9.0
9/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

Bien vu


Tant d'influences et pourtant tellement de singularité


Posté le 10 septembre 2013 par

 
Notre avis
 
 

J’étais bien décidé à décortiquer cet album avec méthode et rigueur, un titre après l’autre. Mais j’abandonne. Voilà cinq fois que les titres s’enchaînent et que j’en perds le compte, absorbé par l’harmonie de son paysage. Et relancer le disque n’y fait rien.

A

ux alentours de Drip, le quatrième titre, je me laisse emporter par le flot et retombe dans le même piège. Se détourant de toute arrogance intellectuelle, Tigran s’est pourtant attaché à composer cet album de chansons uniques et autonomes, souvent incarnée par la voix de leur compositeur. Des mélodies fortes en harmonie comme en rythme, qui vous rentrent dans le crane pour n’en plus sortir et, n’en doutons pas, seront bien vite pillées par les auteurs de génériques… Comme avec son premier album solo, le magnifique A Fable, Tigrane sidère par l’intensité de son univers, et sa capacité à rester accessible en dépit d’une grande complexité. Conteur passionnant, Tigran abolit frontières et genres. Des harmonies folkloriques de son enfance arménienne aux martèlements rythmiques du rock en passant par des envolées lyriques et des constructions heurtées dignes du funk, sa quête de l’émotion le mène à dévoiler le lien évident qui existe entre Bjork et Keith Jarett, Sigur Ross et Massive Attack, Poulenc et Weather Report ou Kenji Kawai et les chants traditionnels arméniens.

Bien que toujours fidèle à des motifs musicaux qui illustrent son style bien personnel, il fait preuve d’une sidérante liberté

Le jazz n’est que métissage, c’est sa raison d’être. Et dans une société contemporaine qui cultive la peur identitaire et les conflits les plus primaires, il atteint des sommets d’inventivité, de grâce et d’audace. Nombreux ont suivi les traces de Ray Léma, Fred Ho ou Aziza Mustafa Zadeh, et ce début de siècle ne cesse de révéler une incroyable génération de passeurs culturels. En s’affranchissant des identités, en associant les cultures, des artistes comme Ibrahim Maalouf,  Avishai Cohen ou Murat Oztürk font tomber plus de barrières qu’ils ne l’imaginent. Mais parmi eux, Tigran est sûrement l’un des plus audacieux, l’un des plus fascinants. Bien que toujours fidèle à des motifs musicaux qui illustrent son style bien personnel, il fait preuve d’une sidérante liberté. On songe au Mathias Duplessy Trio et leur journal de bord musical de L’Hermine voyageur. Tigran est un insatiable qui ne se contentera jamais d’un répertoire. Sa musique lui vaut aujourd’hui un succès mérité sur toutes les scènes du monde. Son récent concert à la Villette était incroyable. Cet écho n’a rien d’une mode passagère. Parce que Tigran est un bâtisseur, et dans 10 ans, 20 ans, Shadow Theatre n’aura pas pris une ride. Parce qu’à 25 ans, cet explorateur impénitent ne cesse de repousser les limites. Pas les siennes, il n’en connaît pas, mais les nôtres.

Informations supplémentaires et l’avis dans l’ombre du margouillat

Tigran HamasyanInformations supplémentaires : Le jazz s’est trouvé un nouveau virtuose, et ce n’est qu’un début de carrière !

Site : http://www.tigranhamasyan.com/


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...