Nos actus
 

TINE

 
Tine-Thing-Helseth
Tine-Thing-Helseth
Tine-Thing-Helseth

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Musicien: Tine Thing Helseth, Kathryn Stott
 
Editeur: EMI Classics
 
Style:
 
Production
8.5


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.8
8.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

Bien vu


Le meilleur moyen de découvrir la chaleur de cet instrument.

Peut mieux faire


Pas de concerto, mais c'est une volonté de l'interprète.


Posté le 31 juillet 2013 par

 
Notre avis
 
 

Lorsqu’on évoque la trompette dans un environnement classique, on pense surtout à Maurice André, à la musique baroque, aux concertos de Vivaldi et d’Albinoni.

Tine Thing HelsethCe serait méconnaître l’étendue de cet instrument et la manière dont il a inspiré les compositeurs de toutes époques. De Bach à Rachmaninov, de Puccini à Hindemith ou bien de Tchaïkovski à de Falla, tous sont tombés sous le charme d’un instrument à nul autre pareil, qui, correctement maîtrisé, sait se transformer en déchirant murmure, à travers un ténu filet d’air, loin des orages tapageurs d’une trompette de cavalerie. Preuve en est avec ce très bel enregistrement de Tine Thing Helseth, jeune interprète norvégienne de 24 ans. Pour elle, la trompette est avant tout un instrument émotionnel. « Je veux pouvoir montrer la vraie palette de couleurs et de textures que peut déployer la trompette et je pense qu’il est important d’aller au-delà de l’aspect sportif du jeu de la trompette ». D’où un programme hétéroclite mais toujours innovant, telle cette somptueuse Vocalise de Rachmaninov au phrasé impeccable, les 7 Canciones Populares Españolas transcrites pour trompette, aux attaques précises et volontaires et aux mélodies si enjouées ou bien encore cette courte pièce en forme d’hommage, Perpetuum Mobile. Créée par le compositeur norvégien Edvard Hagerup Bull, décédé en 2012, elle peut être vue comme des électrons se mouvant sans cesse en tout sens, tant la trompette et le piano ne cessent de se questionner et se répondre dans un rythme soutenu, parfois pas très loin de certaines œuvres de chambre de Dmitri Chostakovitch. Tine Thing Helseth nous fait aussi entendre quelques compositions de Pucchni, dont ce très court Avanti Urania, fort classique et engagé, composé pour le premier tour de « mer » du paquebot Urania, anciennement Queen Mary. Seuls les amoureux des concertos dont nous parlions au début de cette chronique, risquent fort d’être déçus, le pari de l’interprète étant justement de sortir des sentiers battus. « Ce disque est un voyage qui, je l’espère, vous emmènera (…) en différents endroits, sur le plan des émotions. » Pari parfaitement tenu par Tine Thing Helseth !


Stéphane Philippon

 
Stéphane Philippon
Escaladeur de montagnes et de gammes classiques étourdissantes, mon apostolat m’a amené à parler de jeux vidéo, de musique, de cinéma, de nouvelles technologies et de carpes, mais ça va mieux depuis.